Un homme sans racines...

Publié le par 1bR

On parle en ce moment de rassembler les régions d'un point de vue administratif. On a parlé de rassembler l'Alsace et la Lorraine, sujet qui me concerne un peu, ayant habité 8 années à Nancy (en Lorraine pour les incultes). Et je vois les Alsaciens hurler à l'idée même d'être assimilés aux Lorrains puisqu'ils ont leur langue et leur histoire et que -NON, les lorrains ne sont pas alsaciens... Et aussi amusant que cela soit, les lorrains sont au moins aussi vindicatifs à l'égard des alsaciens... Bref, je ne vais pas rentrer dans la polémique en explicant mes raisons, mais je n'y vois -personnellement- aucun problèmes ! Une amie nancéenne me disait "non mais c'est parce que t'es pas un vrai lorrain" et une amie alsaco me disait "c'est parce que tu viens de nulle part". Ok, prend toi ça dans la gueule ^^ Bon c'est une réalité en même temps ! Je ne me sens pas vraiment lorrain... Né à Paris, vécu 9 ans à Meudon puis 8 années à Nancy, je vis depuis 2 ans à Sarrebruck et mes parents et toute ma famille est à ce jour à Paris (Boulogne, précisément) donc difficile pour moi de me déclarer Lorrain puisque je n'y ai pas de véritables atomes crochus ou du moins, je n'y sens pas mes origines... Je ne peux me dire Parisien parce que ca serait vraiment prétentieux... Et ne parlons même pas de mon ressentiment l'encontre de la Sarre... Donc que dire quand on me demande "d'où viens tu" ? Bonne question mon petit ! D'où viens-je ? Et bien d'un peu partout :) Je suis donc un Français et un Européen convaincu... Sur mon permis, c'est écris Nancy, sur ma carte d'identité : Boulogne, sur mon acte de naissance : Paris et je suis officiellement résident en Allemagne... Mais finalement... Qu'en a-t-on à faire de tout cela ? Je n'ai pas besoin de racines géographiques pour savoir qui je suis ! Je ne suis que modestement moi-même et non l'endroit d'où je  viens ! J'ai pas besoin de me situer par rapport à ma géographie, tout comme il est ridicul à mon sens de vouloir être situé par son nom (je suis Jean Charles de Bidule machin truc, ou Jacques Machin, descendant de machin truc qui a fait ceci >>> COOOL !), sa richesse matérielle ou tout autre critère fallacieux !
Finallement, ne pas avoir de racines n'est pas une chose si grave et m'évite au moins de me prendre la tête sur des trucs aussi futils que le rapprochement de deux régions pour économiser de l'argent et me permet de rester objectif sur ces sujets...




Publié dans Reflexion

Commenter cet article

Bérénice Agnès 18/03/2009 11:41

Je suis bien d'accord, Humbert, nous devons perdre l'habitude de nous définir par l'endroit d'où "nous venons"...
Notre origine géographique n'est qu'une part de nous, parmi tant d'autres ! D'autant que nous n'avons qu'une faible emprise sur cette donnée, alors que les actes que nous effectuons, par exemple, sont bien plus "définissants" de notre être...

H. 18/03/2009 11:58


Bonjour Bérénice, merci pour ton commentaire, effectivement, je suis persuadé que nos actes j'ai d'ailleurs écris plusieurs articles à ce propos sur l'importance de nos actes mais
également sur les composantes d'une personnalité,
dans lesquels tu verras que je partage ton avis en effet ;)


Clinton 11/03/2009 11:47

Hehe disons en ce qui concerne la mise en commun de lorraine et alsace je connai le même problème pour l'exemple de la sarre et de la Pfalz. Et dans ce cas précis je ne pense pas que ce soit un problème de culture ou de langue (les dialects se ressemblant beaucoup) c'est plutôt un problème principal que les sarrois ne veulent pas être avec les chers "pfälzer" et inverse hehe heureusement qu'en Allemagne pour ce genre de "fusion" il faut un référendum hehe donc aucune chance pour le législateur de parvenir à son but :D encore heureux :D

Madame Maladresse 10/03/2009 21:05

AÏE... la maladresse féminine... Pardon.
D ou que tu viennes on t apprécie amigo!

1bR 11/03/2009 00:09


Je ne sais pas qui est-ce, à vrai dire y a que deux personnes possibles, mais dans les deux cas, je ne l'ai pas mal pris, donc pas d'inquiétude, les excuses sont
néanmoins appréicées !
H.