Fatalism...

Publié le par H.

Epictète disait dans son fameux manuel qu’il fallait s’attacher à apprécier tout ce qui nous arrivait et se détacher de ce sur quoi l’on n’avait pas de contrôle...

Il faut évidemment constater que la vie nous est à tous, différente. Parfois elle nous sourit et parfois nous fait des pieds de nez. Bien évidemment, il importe qu’on regarde ou non la vie du bon coté avec un sourire et non un soupir. Mais c’est ainsi, certains semblent avoir de la chance et d’autres moins. La chance, amusant phénomène. Comme tous ces phénomènes inexplicables et incompris, ils font l’objet d’une doctrine foisonnante et bien souvent divergente. Cela va de la superstition aux dictons populaires. Personnellement, je préfère penser qu’être superstitieux porte malheur. Effectivement, si on attend un malheur dû à une action entrainant dans la superstition une conséquence néfaste, on prête attention et on finit par le voir, le trouver et donc voir tout le temps des malheurs.
Mais pour autant, il y a des chances plus grandes ou des malchances plus profondes : on peut naître dans une bonne famille ou dans une famille moins accueillante, dans de bonnes conditions de vies ou dans de terribles, on peut naître petit ou grand, beau ou moche, doté d’un sens de l’humour ou au contraire totalement dénué de celui-ci etc.
Mais je pense surtout que la chance et la fatalité, c’est comme le disait Epictète, savoir se réjouir de ce qui nous arrive d’heureux et ne pas se formaliser avec les malheurs qui s’abattent sur nous si l'on n'est pas en mesure d'y faire grand chose.
Mais qu'est ce que se satisfaire de son quotidien ? C'est être content quand on trouve une pièce dans la rue. C’est quand on réussit miraculeusement à avoir son permis du premier coup alors qu’on n’en était pas le premier convaincu. C’est quand on réussit un examen qu’on croyait perdu d’avance. C’est quand on ne visite qu’un appartement et que c’est exactement celui qu’il fallait et qu’on parvient à l’avoir etc.
Pour être heureux ou au moins éviter d'être trop malheureux, il faut faire preuve de fatalité je pense et ne pas se formaliser pour tout...

Publié dans Reflexion

Commenter cet article