De l'art et de la perception que l'on en a...

Publié le par H.

Pinakothek_500x311.jpg

Je dis que je vais parler d'art, mais cela n'est pas tout à fait exact, je ne vais pas être aussi exhaustif, je ne vais vous parler que du deuxième et du troisième art de la classification d'Hegel, les plus érudits d'entre vous savent que je vais les embêter avec de la peinture et de la sculpture... Ces deux arts auxquels je suis très longtemps resté complètement hermétique jusqu'à l'age de mes 16 ans environ... C'est en effet à cet age là que j'ai vécu une petite révolution dans ma perception de l'art... Jusqu'à mes 16 ans, je ne parvenais qu'à saisir l'intensité de toiles classiques et je dirais même classico-classiques, de toiles figuratives dont la perception était somme toute assez simple... Mais à l'age de 16 ans donc, j'étais en Allemagne, chez un ami allemand qui devait s'absenter quelques jours, je me retrouvais alors totalement inoccupé et sa maman m'a recommandé d'aller visiter la Pinakotek der Moderne (première photo) à Münich... J'y suis clairement allé avec un a priori, sachant à l'époque que l'art moderne et moi, cela faisait bel et bien DEUX ! J'y suis allé et cela a clairement changé la vision que je portais sur ces oeuvres... Je me suis pris à rester de longues minutes devant certaines oeuvres, à tenter de comprendre comment le peintre ou le sculpteur avait pu en arriver à cela... Parce que c'est bien cela qui est intéressant dans l'art moderne, c'est le cheminement qui conduit l'artiste à cela autant que ce à quoi il est arrivé... Parfois même plus comme dans le célèbre Carré Bland sur Fond Blanc de Malevitch parce que le travail de réalisation a du être plus rapide que celui d'élaboration ! Bref, si je vous reparle de tout cela, c'est à deux égards, oui parce que j'ai pris l'habitude d'expliquer pourquoi j'écris le présent article, ça évite de les balancer comme des cheveux sur la soupe, parait que ça permet même aux lecteurs de mieux comprendre les articles, mais passons ! Ces raisons disais-je ? La première est mon retour à Munich, je vais fort probablement tenter d'aller à la Pinacothèque afin de retourner dans ce lieu où 4 ans plus tôt, je tombais dans une étrange perplexité face à une statue gigantesque dans le hall d'entrée en forme de cascade de pans de plastique de plusieurs mètres de haut (une 15 aine au moins !) dans des tons bleus et blancs, je n'en ai pas retrouvé trace et dois donc me contenter de cette légère description à défaut ! Ensuite, la seconde raison de cet article est l'émois dont j'ai été saisi lorsque je suis passé devant une galerie pas plus tard que cette après midi en découvrant ces 3 toiles (photo après le texte) sur fond noir représentant des Jazzman pour les moins observateurs d'entre vous... Je trouve que ces toiles sont juste splendides... Mais à 2400 euros la moins chère des trois, elles resteront en tout cas dans la galerie avant d'aller chez un heureux amateur, mais ne transiteront pas par mon appartement entre temps... Cependant, cela m'amène à une autre perplexité, d'ordre économique et non artistique cette fois-ci : Si on peut avoir de si belles toiles pour ce prix (qui comme l'a souligné une pote, n'est pas si prohibitif si l'on considère le prix d'un Picasso), pourquoi justement des gens sont-ils prêts à mettre des sommes aussi astronomiques dans des toiles qui ne sont peut être même pas aussi magnifiques, mais sont signées... Alors outre l'aspect subjectif de la chose (le choix d'une toile étant dicté par le goût), mon petit frère qui s'y connait dans le domaine et c'est peu dire puisqu'il destine sa carrière à ce domaine du marché de l'art, a pu avancer deux explications : la première d'ordre non-artistique mais bel et bien spéculative, il s'agirait souvent d'investissements (plutôt rentables d'ailleurs !), les gens acquérant ces toiles non pour ce qu'elles valent artistiquement, mais pour ce qu'elles valent financièrement. C'est peut être un peu dommage, mais l'art n'est il pas un produit comme un autre contrairement à ce que disait la Fnac dans une de ses pubs à l'endroit de la culture...? Et mon frère me disait aussi que parfois, c'était le rêve d'une vie que des gens réalisaient en acquérant une toile d'un auteur célèbre qu'ils ont admiré(e si c'est la toile) pendant des années et qu'ils finissent par acheter en se saignant presque aux 4 veines... Ce genre d'achat coup de coeur peut probablement mieux se percevoir ou semble en tout cas plus dans la logique de l'art, l'autre approche étant anti-parnassienne au possible puisque par essence, utile et intéressée, elle parait peut-être plus difficile à concilier avec la finalité de l'art pour l'art, mais se comprend très aisément dans un esprit rationnel ! Alors qu'en penser finalement ? Je dirai tout simplement, que quand j'aurai mes premiers salaires dont je ne saurai que faire (si cela m'arrive un jour... (soupir) (rêve)) je pense que je serais heureux d'aller dans des petites galeries telles que la galerie devant laquelle je suis passé que je me dois de promouvoir puisque je bafoue littéralement sa propriété intellectuelle sur l'oeuvre en la prenant en photo pour la partager avec vous, mais disons que c'est à des fins promotionnelles et aucunement dans le but de causer préjudice à l'artiste ou au galeriste et que si ceux-ci découvraient ces photos ici et venaient à être choqué, je retirerai naturellement au plus vite cette photo ! (oui on est juriste et on prend ses précautions ou on ne l'est pas ! ;)). Malheureusement, c'est pas demain la veille que j'aurai ces sommes là à placer dans un tableau pour meubler mon appartement (soupir, dur retour à une amère réalité...). Mais chers amis, l'art étant fait pour nous faire voyager, cette toile m'aura fait rêver et j'aurai partagé cela avec vous, alors à défaut de l'avoir, je vous permet au moins de la voir ! :) 

Enjoy ! 


IMG_0661.JPG

 

Publié dans Reflexion

Commenter cet article

Le petit frère 18/01/2010 18:18


J'ai effectivement avancé ces deux arguments, mais je pense qu'il ne faut pas omettre le besoin que certains ont de posséder ce qui est à la mode, ce qui pourrait montrer aux autres leur statut
social ou au moins les y apparenter.

Ainsi ont peut acheter une voiture de sport et/ou un Picasso, un Dali ou - pour ceux qui suivent les modes - un Koons. On montre ainsi, qu'en plus d'avoir de l'argent, on a un esprit artistique et
intellectuel (petit coté bobo).

Cela s'applique effectivement plus à la peinture et à la sculpture modernes et contemporaines pour lesquelles l'âge, la technique ou la matière première importent généralement peu dans
l'établissement d'un prix. Mais un artiste qui veut être pris au sérieux et vivre de son art - et à condition que son travail vaille quelque chose - est contraint de proposer ses œuvres à un prix
suffisamment élevé.

PS : je ne te savais pas si amateur de toiles contemporaines (ou modernes d'ailleurs) ;)


H. 18/01/2010 18:26


Je ne suis pas un amateur d'art à proprement parler, mais en revanche, tu sais que je suis sensible au "beau" et comme je l'ai expliqué dans mon article, ma
sensibilité à l'art moderne est cependant limitée ! ;) Et si j'aime bien le classique, l'originalité ne me déplait parfois pas non plus et c'est bien par le plus grand des hasards que je suis passé
devant cette galerie et c'est en revenant sur mes pas après un premier passage en les ayant PRESQUE ratées que j'ai vu ces toiles, c'est dire ! ^^