Retour aux fondamentaux

Publié le par H.

J'accuse !

saez-4b71a5ad0d58d.jpgC'est une phrase qu'on a plutôt l'habitude de remettre dans la bouche de Zola, mais qu'on devra peut être s'habituer à mettre dans celle de Saez, c'est en effet le nom de son nouvel album... J'avais plutôt aimé le précédent qui datait un peu d'ailleurs et c'est donc "marrant" de voir cet artiste ressortir un CD... C'est amusant de voir comme certains artistes restent fidèles à eux-même, dans la provocation, la révolte, la critique... Saez chante "faut du gazole dans la bagnole, la carte bleue dans la chatte..." ou encore dans une autre "les mômes ne rêvent plus de marcher sur les lunes, mais de savoir comment se faire de la tune, y a une époque les filles avaient le poing levé, aujourd'hui c'est plutôt culotte baissée". Je dois avouer que l'écoute de ce nouvel album m'a fait ressentir des sentiments assez particuliers, propres à ceux qu'on ressent en écoutant Saez, entre la mélancolie, la révolte, le dégout de la société etc. Enfin je dirai que cela ne me laisse pas indifférent... D'ailleurs, (et j'en profite, admirez la transition, je ne les fait pas toujours aussi bien), j'entendais que l'affiche de son concert (Cf. la photo qui illustre cet article) a été refusée dans les couloirs du métro parisien au motif qu'elle donnait une image trop dégradante de l'être humain... Et Saez s'en défendait moralement : En disant que le fait que cela soit des publicitaires qui se battent pour la dignité humaine, était un peu du Tartufle... Et juridiquement en disant qu'il était victime d'une discrimination car il est vrai que la position de la régie des publicités du métro est juridiquement assez fragile je pense... Mais outre l'aspect juridique qui vous est -je le crains- tout à fait égal, c'est l'aspect politiquement correct sur lequel j'aimerai avec vous un peu m'arrêter... Le politiquement correct est un peu le nouveau chou gras des médias qui s'en délectent... Ils semblent le fustiger mais ils contribuent à le créer... On en voit des émanations un peu partout : affaire Zemour ces derniers jours par exemple (celui-ci ayant affirmé que "la plupart des trafiquants sont noirs ou arabes"). Je regardais récemment une émission qui venait parler du politiquement correct, de tout ce qu'on a le droit de dire, ce qu'on n'a plus le droit de dire... Sur ce plateau, un des invités rappelait que l'opinion publique s'était émue que le pape ait osé avouer que, à titre personnel, il préfére quand même le catholicisme à l'islam... Et plein de bon sens, ce même invité, d'ajouter que finalement, c'était un peu normal de la part d'un pape... non ?


J'en ai marre que tout le monde cède à cette dictature du politiquement correct, comme disait un des invités de cette même émission : "laissons parler les cons et les racistes, au moins on saura ce qu'ils pensent", je dirai que cela se tient ! Toujours dans cette fameuse émission, un des invités, gaucho notoire, mais cela n'enlève rien à sa reflection, disait donc que ce qu'on appelle "politiquement correct" n'est en fait rien d'autre que du "moralement  correct", je ne suis pas tout à fait d'accord...En effet, parfois, ne pas vouloir blesser une personne en mettant les formes est moralement correct mais pas forcément politiquement correct, je m'en explique par la suite !


Cependant, tout cela me conforte dans l'idée qu'après des années de laxisme, de volonté de détruire tout ce qui avait trait à la morale, on est entrain de revenir à des fondamentaux et de se rendre compte qu'on s'est peut être bien planté... On a commencé à revenir expressément sur "l'héritage de mai 68", puis on commence à reparler de laïcité (pas que moi, dans mon blog !)... Après avoir mis une chaussure droite au pied gauche et l'inverse de l'autre coté et avoir légiféré pour faire dire à tout le monde que cela était NORMAL, on se rend compte qu'on a beau faire, il y a un soucis, que le bon sens revenant, certaines choses s'énonce aussi simplement qu'elles existent... Pourtant on continue, on glose sur tout pour savoir si oui ou non on a le droit de le dire ou pas... On avance des raisons de "dignité humaine" pour censurer une campagne de pub pour un concert, je me demande jusqu'où va-t-on dans l'art de se tourner le doigt dans le cul pour éviter de dire ce qu'on pense...?


Il faut -à mon sens- faire une différence entre trois choses :


- Ce qui blesserait ou serait déplacé : c'est le coup de dire qu'une personne aime bien faire les choses pour ne pas dire qu'elle est pointilleuse, par exemple. C'est peut être une paraphrase, mais c'est parfois nécessaire, c'est une forme de diplomatie élémentaire, c'est ce qu'on appelle "un pieux mensonge" dans certains cas, ou que cet invité désignait sous le terme de moralement correct et qui me semble nécessaire et donc ne me choque pas. 

- Ce qui est d'une vérité telle que cela ne peut être énoncé qu'ainsi : Le pape préfère les cathos. On ne va pas paraphraser pour dire que le Saint père aime toutes les religions, mais puisqu'il est catho, il fait avec... Non, c'est une vérité absolue, presque crue je dirai, qui ne souffre pas de paraphrase... 

- Ce qui est emballé de telle sorte que cela séduira le maximum de personnes en en blessant le minimum tel qu'un politicien le ferait : c'est alors du "politiquement correct" et cela est très amusant à observer voire à pratiquer pour l'exercice réthorique voire éléctoral que cela représente, mais cependant, c'est bien le contraire de la franchise et de l'honneteté ; c'est typiquement ce qu'on appelle la langue de bois, l'art de se dispenser de dire les choses qui doivent être dites... 

 

magritte-pipe.jpgDans ma formation de  juriste, on m'apprend à être précis à se passer des ambages, à aller droit au but, sans fioritures, avec les formes, mais direct... Alors quand un Zemour dit "que la plupart des trafiquants sont blacks ou arabes", pour moi, ce n'est pas pour les stigmatiser, mais c'est bien parce que c'est vrai, quand un Saez veut sortir une affiche de concert -puisse-t-elle choquer-, laissons le faire au nom de tous les principes élémentaires tels que la liberté de l'art ou de l'expression, mais ne recourons pas à cet ignoble politiquement correct cessons d'exciper de conneries humanisanto-humanistes arguées par de cuistres publicitaires ayant vendu leur moralité au profit d'un tube de vaseline il y a bien longtemps et laissons à la justice le soin d'apprécier le caractère légal des choses, aux religions l'appréciation du caractère moral et aux philosophes les considérations de dignité humaine. Et merde : conchions cette insigne bien-pensance politiquement correcte qui dégouline de prétendues bonnes-intentions et ne fait qu'éclabousser par ses affèteries visant à établir que le monde n'est peuplé que de bisounours aimants et roses alors que la vérité est bien autre... Cessons de jouer ce jeu de Magrittes "ceci n'est pas une pipe", "non la plupart des trafiquants ne sont pas arabes ou noirs", le pas est vite franchis !

Publié dans Reflexion

Commenter cet article

Sélim 02/04/2010 18:17


Je n'ai pas lu l'article, j'ai juste vu écrit le nom de Zemmour (promis la prochaine fois je lirai l'article, mais là j'ai pas le tps^^). Je suppose que du parle de la pseudo polémique sur les
noirs, les arabes et la délinquance.
Je trouve cette polémique inutile, mais je ne crois pas non plus que ça soit du politiquement incorrect. Il y a une nouvelle mode dans notre société, c'est de dire des énormités machos, racistes,
etc. ... pr choquer et dire "voyez, je ne rentre pas dans le moule". Alors que justement Zemmour rentre carrément dans le moule. Même en faisant abstraction du fait qu'il bosse pour le Figaro (^^)
il ne sait pas écrire, n'a aucune analyse (en effet, la plupart de ses critiques littéraires sur divers plateaux ou articles) ne sont pas des critiques qui analysent un livre mais plutôt un avis
sans argumentaire (mais comme la tv est un format tout public, la plupart des gens le croient intelligent car il se cache son manque de réflexion derrière des citations, fausses la plupart du
temps).
En ce qui concerne les noirs et les arabes, c'est la même chose. Il n'y a aucune analyse, aucune preuve de ce qu'il avance (je ne dis pas que c'est faux ou juste), d'ailleurs il me semble qu'on n'a
pas le droit d'avoir des chiffres car les enquêtes en fonction de l'ethnie sont interdites il me semble (mais tu dois savoir ça mieux que moi^^). D'ailleurs ayant regarder toute l'émission a
posteriori (oui, car je ne me fie jamais à une phrase), il justifie les arrestations au faciès qui font que des gens qui n'ont aucun rapport avec la délinquance (ou qui sont étudiants à sciences po
Lyon comme moi^^) se font arrêter par des flics qui leurs parlent comme des merdes. Ce qui me désole dans les propose de Zemmour ce ne sont pas les mots "noirs" et "arabes" mais plutôt le manque de
réflexion et la nullité intellectuelle des propos. Car avant de m'intéresser au fond de l'histoire, un vieux réflexe d'Hypokhâgne m'a poussé à m'intéresser à la forme du discours de Zemmour.

Zemmour qui devient d'ailleurs l'idole des anti conformistes alors qu'il entre toujours les 2 pieds dans le système.

A+


H. 17/04/2010 18:13



(j'attends tjs le commentaire ;) )